L’industrie des spiritueux au Canada

par Yan Aubé

Alors que l’industrie des spiritueux (surtout des rhums) roule à fond en Europe ainsi qu’en Amérique du Sud, la réalité est totalement différente au Canada. J’ai donc décidé de partager avec vous la réalité de chez nous ainsi que quelques nouvelles.

Tout d’abord,lorsque nous regardons l’industrie de l’alcool au Canada, il est incroyable de constater à quel point il y a autant de lois et politiques différentes à l’intérieur du même pays. Bien sûr, nous avons les lois fédérales mais avant tout, nous avons aussi toutes les lois et politiques provinciales. Cependant,certaines distilleries et importateurs foncent malgré tout et réussissent à mettre d’excellents rhums sur nos tablettes. Pour cette chronique, nous allons nous concentrer sur la production du rhum au Canada. Pour ce qui est du Québec, c’est très connu, les lois et les politiques sont très rudes et exigeantes ce qui justifie le très petit nombre de distilleries dans la province. À ce jour, seulement un rhum contient l’étiquette ‘’Made in Québec’’ et il s’agit du Rhum Chic Choc. Il est très important de comprendre que ce rhum, qui est bâti dans les traditions agricoles, est fabriqué et âgé pour une période de 3 à 5 ans  dans les Antilles. Par la suite, il est envoyé et modifié au Québec à l’aide d’épices/herbes sauvages du Mont Chic Choc en Gaspésie. Pourquoi l’avoir fait ainsi ? C’est la question que j’ai demandé à M. Charles Crawford,fondateur du Domaine Pinnacle lors de ma mémorable rencontre avec ce dernier.Puisqu’au Québec, les spiritueux doivent obligatoirement être vendus sur les tablettes de la SAQ. De ce fait, si une bouteille de spiritueux vous coute X montant à produire, la SAQ vous offrira quelques dollars de plus que votre prix de production et par la suite, le mettre sur une tablette à trois fois le prix qu’elle a payé. Il est donc beaucoup plus avantageux de sauver du temps ainsi que de l’argent et de faire importer en barique un rhum déjà construit et de le modifié chez nous. Pour ce qui est des autres provinces du Canada, la réalité des producteurs est totalement différente. En effet, les spiritueux peuvent être vendus directement à la distillerie. Ce processus encourage bien sur les entrepreneurs et producteurs à se lancer en affaire et à offrir de très beaux produits. D’ailleurs, j’aimerais vous présenter quelques rhums qui sont issus (créés et/ou modifiés) de notre pays (Je vais bien sur vous évitez les évaluations pour l’instant puisque mes collègues de Québec Rhum et moi nous ferons un réel plaisir de vous élaborer d’avantage les détails des rhums suivants).

Commençons d’abord par le Québec. Tel que mentionné ci-dessus, nous avons la chance d’avoir le rhum épicé Chic Choc et très sérieusement, avec ce produit, le Domainchicchoce Pinnacle se positionne merveilleusement bien dans le monde des rhums.

 

Pour ce qui est de l’Ontario, j’ai eu la chance de découvrir le rhum Duck Island qui est produit par la distillerie 66 Gilhead situé dans le compté de Prince Edward. C’est un très bon rhum issu de mélasse de Barbade. D’ailleurs, je vous invite à consulter ma publication du 10 Septembre à ce sujet. duck-island

 

Pour ce qui est du coin de Terre Neuve, la Newfoundland Liquor Commission nous offre la famille du Newfoundland Screech. Tout d’abord, il est important de savoir quece rhum nous provient des Caraïbes (Jamaique) et est modifié/vieillit auCanada. Je dois avouer que j’ai un faible pour ce rhum, surtout pour le rhum ambré. Outre ce rhum ambré qui est en vente à la SAQ, le Newfoundland Screechest aussi offert en ‘’spiced rum’’,’’overproof spiced rum’’ et aromatisé aumiel. Malheureusement, ces trois versions ne sont pas disponibles à la SAQ. Cependant, pour certains chanceux qui se trouvent tout prêt de l’Ontario, nous pouvons y retrouver la version aromatisé au miel. Il s’agit d’ailleurs d’une très belle concurrence au Whisky au miel qui nous est offert par la maison Jack Daniels.

screech

Déplaçons nous maintenant vers la Nouvelle Écosse pour y découvrir la distillerie Ironworks. Cette distillerie, qui est tout simplement magnifique, nous offre deux types de rhums. Tout d’abord, le rhum ambré vieillit en fût de chêne qui respecte les traditions espagnoles et par la suite, le rhum très foncé (bluenose), vieillit aussi en fût de chênes et qui respecte merveilleusement les traditions anglaises. Ce dernier m’a d’ailleurs fait penser au rhum Bermudais Gosling Black Seal. Très foncé avec de très belles arômes et notes ! D’ailleurs, son nom ‘’Bluenose’’ vient du fait que sa coloration tire un peu sur le bleu. Une visite à cette distillerie vous charmera ! ironworks3

 

Pour terminer ce ‘’road trip’’, dirigeons nous vers l’iles du Prince Edwards pour rencontrer la distillerie artisanale Myriad View. Cette dernière nous offre deux types de rhums. Tout d’abord, un rhum ambré qui est vieillit en fût de chênes américains à 40% alc/vol. Par la suite, la distillerie rend hommage à ces marins en nous offrant une version 100 proof qu’elle considère historique à 57.1% alc/vol.

Malheureusement, une grande partie de ses rhums ne sont pas disponibles dans les SAQ et LCBO puisque les distilleries ont décidés de faire autrement et de les mettre seulement sur les tablettes de leur ferme. Ainsi, ils ont beaucoup plus de profits dans leurs poches. Pouvons-nous les blâmer d’une telle décision? C’est donc pour cette raison que je vous encourage fortement à vous rendre dans ces distilleries, si vous avez la chance, afin de déguster ces excellents produits. De plus, vous constaterez que chaque distillerie a son lot d’histoires incroyables et plus inspirantes les unes que les autres. Espérons maintenantque les lois du Québec changeront sous peu afin de voir l’apparition de nouvelles distilleries et pour ainsi mettre une autre communauté francophone sur la merveilleuse route des rhums.

Par Yan Aubé, collaborateur de Gatineau, Québec

You may also like

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.