Saint James Royal Ambré

par Yan Aubé

Ah le Saint James ! Malheureusement, ce dernier et moi n’avons pas eu le meilleur début de relation ! Vous vous rappelez de ma chronique du 5 Décembre 2014 dans laquelle je vous ai fait par de mon appel honteux à la SAQ au sujet d’un rhum bizarre… Et bien je parlais de monsieur ici présent! Il est important de noter que je n’ai jamais parlé d’un goût affreux mais bel et bien de quelque chose de bizarre. Ce petit quelque chose de bizarre était effectivement le goût très végétal d’un rhum agricole de la Martinique. J’utilise ici le mot ‘’était’’ puisqu’avec l’expérience que j’ai acquis, je suis vite devenu un amoureux de certains rhums agricoles et à ce goût qu’ils nous offrent. Tel que mentionné dans ma dernière chronique, il est tout à fait normal de ne pas avoir le coup de foudre dès le départ. Nos habitudes de consommations, qui sont plutôt habituées aux industriels, nous laisse bien sur perplexe lors de cette première expérience cependant, il est important de ne pas se laisser pas être déçu et d’y aller pour un deuxième verre. Lors de ce deuxième verre, nous y découvrons un autre monde fascinant.

st-james-royal Avant de vous présenter mon évaluation du Saint James Royal Ambré, j’aimerais vous parler de cette magnifique distillerie qui se trouve sur la superbe ile de la Martinique! Cette distillerie, fondée en 1765, est probablement l’une des plus lucratives sur la planète avec des ventes incroyable de plus de 3,5 millions de bouteilles par année. La distillerie Saint James produit plusieurs types de rhums. Tout d’abord, nous avons les blancs. Ici au Québec nous avons seulement le Blanc Impérial qui est bien sûr parfait pour les cocktails! Mais la distillerie nous offre aussi le ‘’Fleur de Canne’’ qui est le fruit de cannes en pleine maturité. Au niveau des ambrés, Saint James nous offre le ‘’Paille’ qui est élevé en fûts de chêne pour une période de 12 à 15 mois ainsi que le seul de disponible au Québec, le Royal Ambré. Ce dernier est élevé en fûts pour une période de 18 à 24 mois. Au niveau des rhums vieux, la gamme se gâte ! Nous avons les habituels 3 à 6 ans ainsi que les 6 à 10 ans mais la distillerie nous offre aussi des rhums très âgés (de plus de 25 et 30 ans !) Bien sûr, ce sont des produits très rares et très dispendieux ! Donc les chances de voir ses derniers au Québec sont aussi crédibles que de faire pousser un palmier dans votre cours ! Et pour terminer sur les produits de la distillerie, elle nous offre aussi une gamme de‘’cocktails’’ prêt à boire. Nous avons droit au Québec à la version Mojito qui, selon plusieurs, est incroyable et est un excellent rapport qualité/prix. Je vous invite à faire comme moi et à l’essayer pendant vos soirées du temps des fêtes !

Bon ! Assez parlé et passons maintenant aux choses sérieuses avec l’évaluation du Saint James Royal Ambré. Tout d’abord, c’est une note rustique et très végétale qui nous frappe le nez. Par la suite, c’est une crème brulé qui se fait sentir. En bouche, c’est la canne pure ! Oh oui ! Très pure ! Mais par la suite arrivent les notes de noix caramélisées et un brin de cacao. Je détecte aussi un goût très foral comme quand on essai d’impression notre demoiselle en mettant des fleurs dans notre salade (… sans commentaire!). Au niveau de la finale, c’est encore une fois très végétal mais voilà que les petits fruits refont surface afin de rafraichir le tout. Je lui donnerais une belle note de plus ou moins 80%.

J’aimerais fortement essayer les versions un peu plus âgées. D’ailleurs je fais présentement des recherches afin d’en faire l’importation sinon, je vais devoir aller m’installer les deux fesses dans le magnifique sable de la Martinique. À suivre !

En conclusion, pour un gros 28.75$ à la SAQ, je vous recommande fortement d’essayer ce Royal Ambré afin que vous puissiez vous initier à la culture des rhums agricoles. Si vous n’êtes pas en mesure de le consommer sur glace, il existe plusieurs moyens de le boire en cocktail mais n’oubliez pas qu’il s’agit d’un agricole donc oubliez les ‘’coke’’ et  essayez le avec l’Orangina ainsi qu’un peu de soda à la lime.

Sur ce, cheer’s les confrères !

Par Yan Aubé, Collaborateur de Québec Rhum, Gatineau, Québec

You may also like

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.