Évaluation – Duncan Taylor Bellevue 1998

par Maxime Fortier

J’ai récemment reçu un échantillon de ce rhum par un ami et j’ai attendu un certain temps pour m’y mettre et l’attente en valait le coup, je vous le confirme ! Héhé ! Je ne connaissait pas du tout la société Duncan Taylor qui est un embouteilleur indépendant Écossais qui oeuvre depuis 1938. Elle possède une boutique sur deux étages située dans la rue principale du village de Huntly. Elle y commercialise essentiellement ses propres gammes, mises en bouteille dans un local situé à une centaine de mètres abritant une petite chaîne d’embouteillage.

Dès leurs débuts, Abe Rosenberg, un américain, se lance dans le négoce de scotch whisky. Il fit fortune grâce à la marque de blend J&B dont il fut le distributeur exclusif pour les Etats-Unis jusqu’au début des années 80. Après la seconde guerre mondiale, ce passionné décide d’acquérir des fûts, en majorité des single malts et des single grains, entrant dans la composition du J&B. En 1994, à sa disparition, il avait accumulé plusieurs milliers de fûts. Six ans plus tard, deux écossais Euan Shand, et son associé Alan Gordon, ne manquent pas l’opportunité qui leur est offerte de racheter ce qui est alors considéré comme la plus grande collection privée au monde, soit 4 000 fûts âgés de 21 à 40 ans. De nos jours Duncan Taylor est réputée pour ses sélections de vieux single malts et single grains, réunis au sein de différentes gammes : Rarest of the Rare ; Rare Auld Collection ; The Lonach Collection ; Whisky Galore ; Battlehill. Duncan Taylor embouteille également des single malts d’Islay génériques sous le nom de The Big Smoke et Auld Reekie et elle fait vieillir dans ses chais écossais des rhums importés des Caraïbes.. Notamment de Ste-Lucie, Panama, Brésil, Jamaique, Trinidad, Barbade, Guyane et Guadeloupe. Voilà qui nous intéressent particulièrement !!

La Distillerie Bellevue (qui est propriété de Damoiseau) est en activité depuis 1942 en Guadeloupe et la majorité de leurs rhums sons en effet vendus sous la marque d’Hervé Damoiseau et de son équipe. Duncan Taylor a fait l’achat à la Distillerie Bellevue de fûts uniques qui ont été produits en 1998 en Guadeloupe pour commercialiser ce rhum sous leur marque au public. Ils mentionnent qu’aucun ajout ni filtration n’a été prodigué à ce rhum mais le gros du travail à été effectué par la suite au niveau du vieillissement. Celui-ci a subit un vieillissement continental dans les chais de la société écossaise pendant une durée de 15 ans (oui , oui 15 longues années en fûts, c’est énorme même pour un vieillissement continental..). La mise en bouteille a été faite en 2016 et il titre à 52,5% d’alcool par volume.

La couleur de ce rhum est ambré sur le doré.

Le nez est sur les notes de caramel légèrement grillé, de chêne assez pâtissier et des notes végétales plus en profondeur.

En bouche, j’ai une sensation de fumé au départ qui s’estompe. Une belle présence de l’alcool qui est plutôt bien intégrée car on n’a aucunement la sensation d’un 52,5%. De belles saveurs de bois accompagnent à merveille la cassonade et le côté gourmand mais sans être associé au sucre du tout et également une douceur végétale et herbale. C’est assez complexe tout de même mais bien équilibré en somme.

La finale est onctueuse et vraiment longue sur les notes de caramel toffee, de noisettes grillées et des notes de canne à sucre à la toute fin sous le poids du vieillissement des années en fûts. C’est un rhum exceptionnel, je l’adore malgré que l’on perdent un peu les notes agricoles avec tant d’années en fûts mais ce genre de rhum très très vieux est un bonbon en soit.

Cheers les #rumlovers 🙂

You may also like

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.