Évaluation – Barcelo Imperial

par Maxime Fortier

J’ai revisité le Barcelo Imperial à mon retour de voyage à Punta Cana en famille. Dire que j’étais à 1h30 de la distillerie.. j’aurais vraiment aimé consacrer une journée de mon voyage à visiter et découvrir l’endroit mais je n’avais pas planifié le tout avant mon départ et comme j’ai mentionné c’était un voyage en famille. Ce sera pour une prochaine fois ! Salutations au passage à l’ambassadeur Otto Flores que nous avons rencontrés lors de salons aux États-Unis (New York  en 2018 et 2019 et San Francisco en 2019) qui m’a semblé hyper passionné par son travail et il nous as fait goûté toute la gamme!

La République Dominicaine a longtemps été connu pour son sucre de canne et la qualité de ses cigares. Le pays a longtemps exporté le sucre et ses cigares, alors que ses rhums étaient surtout consommés sur place. Le développement du tourisme a fini par faire connaître leur finesse aromatique, souvent estimée d’un aussi bon niveau que celle des rhums de Cuba qui sont d’ailleurs du même type de rhum léger. Barcelo fût fondé en 1930 par Dom Julian Barcelo à Saint Domingue en République Dominicaine. Son frère Andrès Barcelo le rejoint par la suite d’Espagne pour le seconder dans l’entreprise. En quelques années la marque Barcelo est devenue une référence parmi les marques locales de rhum, devenant l’une des entreprises les plus importantes de République Dominicaine. C’est en 1980 que le Barcelo Imperial est produit pour la première fois et que leurs rhums sont distribués dans le monde entier. En 1992, l’entreprise a lancé une campagne internationale et en 1994, il était exporté dans plus de dix pays dont l’Espagne était le plus important consommateur. Il est désormais exporté dans plus de 50 pays.

Il produisent également ces rhums ou liqueurs de rhums; Barcelo Cream, Barcelo Blanco, Barcelo Dorado, Barcelo Añejo (vieillissement moyen de 3 ans), Barcelo Gran Añejo (vieillissement moyen de 5 ans), Barcelo Gran Platinum et le Barcelo Imperial (vieillissement moyen de 7 ans)

L’Impérial est élaboré à base de pur jus de cannes à sucre et est ensuite distillé en colonnes sur place à San Pedro de Macoris à 1h de la Romana pour ceux qui ont déjà séjourné dans le secteur pour des vacances. Il est un assemblage de rhums vieux de 4 à 11 ans. Le Barcelo Imperial est vieilli exclusivement en fûts de bourbon du Kentucky.

On retrouve 2 versions sur le marché selon ce que j’ai pu voir. Celui embouteillé à 38% (probablement une version destiné au marché locale) et celui que nous retrouvons en SAQ qui titre à 40% d’alcool par volume. Pour avoir goûter les 2 versions, le second me semble plus vif mais bon ils se ressemblent vraiment beaucoup, on ne parle que de 2% de différence.

Voici mes notes de dégustations;

La couleur est doré foncé.

Le nez est assez typique des rhums de la République Dominicaine, sur les arômes de caramel léger, de toffee et de vanille.

En bouche, c’est vraiment smooth et équilibré sur des notes de caramel au beurre et de noisettes grillées. Les saveurs sont soutenues. Une présence de bois mais c’est pas très marqué, malgré son vieillissement moyen de 7 ans en barriques qu’on nous indiquent.

La finale est longue et riche, très intéressant pour ce type de rhum. Avec un cigare, je crois que ça peut être un bon accord ! Ce n’est pas particulièrement mon type de rhum de dégustation favori ces jours-ci mais je dois admettre que la qualité est au rendez-vous. J’ai passé un super moment à le redécouvrir cet après-midi et je dois avouer que j’avais tendance à le sous-estimé (à le voir comme strictement un rhum à cocktail) mais c’est un très bon ron et il est très versatile 🙂

Bonne dégustation !

You may also like

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.