Accueil Chroniques Chronique – Depaz innove sur le plan de la culture de la canne à sucre

Chronique – Depaz innove sur le plan de la culture de la canne à sucre

par Pierre-Olivier Côté

Nouvelle méthode de plantation chez Depaz en Martinique

Grand changement chez Depaz au niveau de la culture de la canne qui a été amorcé il y a 4 ans par Monsieur et Madame Brugidou, responsables d’exploitation à Basse-Pointe. En effet, ce changement se veut en quelque sorte une modernisation d’un procédé ancestral. On parle ici d’une technique appelée BPG (Bouture Pré-Germées) qui consiste à isoler les boutures de la canne à sucre et de la faire germer sous une serre pour une période de 2 mois avant d’être transplantée dans le sol. Les plantations Depaz sont très fières des impacts positifs que cette technique a sur l’environnement, au niveau social ainsi qu’en terme de technique culturale.

Il faut savoir, pour ceux qui ne sont pas familiers avec la culture de la canne à sucre, qu’une partie des récoltes est habituellement utilisée pour replanter. Donc, habituellement pour planter 1 hectare de cannes à sucre, il vous faut environ 20 tonnes de cannes. Mais avec cette nouvelle méthode ‘’BPG’’, Depaz n’utilise qu’une seule tonne de cannes pour la même superficie, soit 1 hectare, ce qui signifie seulement 5% de la quantité habituelle. On parle ici d’une économie énorme en cannes à sucre puisque Depaz passera donc de 2000 tonnes de cannes utilisées pour replanter à seulement 100 tonnes annuellement. Pour le moment, Depaz utilise cette méthode sur une partie de ses plantations, mais prévoit que lorsque toutes ses parcelles seront plantées avec la méthode ‘’BPG’’, cela signifiera une grande quantité de cannes supplémentaires qui pourront être utilisées par la distillerie. De plus, cette méthode apporterait également un meilleur rendement de 10% à 15% par rapport à la méthode traditionnelle. Habituellement, les cannes sont plantées de juillet à septembre, mais cette méthode permet de planter plus rapidement et pratiquement à l’année. On parle de 3Ha par jour alors que la moyenne était de 1,5 ha par jour, cela permettra de mieux répartir les risques climatiques et de disposer de plus de temps pour une meilleure préparation des sols.

Ce changement amène aussi Depaz à être encore plus écoresponsable. La consommation d’essence/gasoil sera diminuée de 5 fois par hectare et le fait d’utiliser moins de machinerie et d’avoir de nouvelles machines plus légères va diminuer la compaction des sols. L’utilisation d’herbicides est aussi réduite drastiquement, car en utilisant des méthodes de binage mécanique très précises en plantant avec un GPS, cela aidera à lutter plus facilement contre les mauvaises herbes.

Cette nouvelle méthode ‘’BPG’’ aura aussi un impact positif au niveau social puisqu’il y a 7 nouveaux emplois qui ont été créés sur la commune de Basse-Pointe pour la production de boutures prégermées. Il faut aussi mentionner que le travail des planteurs est beaucoup moins pénible grâce à l’adaptation et la modernisation de leurs outils de travail. Donc voilà une belle innovation venant de chez Depaz, car d’un seul coup, il y a aura un impact positif sur l’environnement, les ressources humaines et sur la quantité de rhum qui sera distillé. Ce ne sont pas les amateurs qui vont s’en plaindre!!!!

You may also like

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.