Accueil Évaluations Évaluation – Habitation Velier / Hampden 2011/2018 (7 ans) LFCH (BDF)

Évaluation – Habitation Velier / Hampden 2011/2018 (7 ans) LFCH (BDF)

par Maxime Fortier

L’échantillon que j’ai retrouvé dans mes boites aujourd’hui est un rhum commercialisé par la société Velier. Luca Gargano est un peu indissociable de cette société italienne maintenant puisqu’il a rejoint celle-ci en 1983. Les premiers embouteillages Habitation Velier ont été crées en 2015 et elles ont mis de l’avant des sélections de rhums de différentes distilleries depuis (Forsyths, Foursquare, Hampden, Last Ward, Long Pond, Mhoba, Monymusk, Mount Gay, Muller, Port Mourant, Privateer, Savanna, Takamaka, Worthy Park et Chamarel entres autres..). Les cuvées sont réputées pour être sans ajout de sucre, de colorant, ni d’arômes.

Situé à Trelawny, dans la vallée de la reine d’Espagne, la propriété de Hampden créée en 1743 couvre aujourd’hui plus de 5 000 hectares et possède une longue histoire liée à la production de sucre et de rhum en Jamaïque. La production de sucre débuta en 1753 et les rhums ont été produits à partir de 1779. Fait intéressant, ils ont commencé à embouteiller leur propres rhums sous Rum Fire depuis 2011 et Hampden depuis 2018 mais auparavant la totalité de leur production était destinée à la vente en vrac auprès de divers revendeurs du monde entier et particulièrement en Europe comme la société E & A Scheer. La distillerie utilise les vinasses pour la fermentation de leurs rhums qui donnent naissance aux fameux High Esters, elle est aussi reconnue pour perpétuer les “muck pits”. Il s’agit de fosses creusées à même le sol à l’extérieur de la distillerie, sorte de composteurs, dans lesquels sont mélangées les vinasses, les résidus des cuves en plus de fruits locaux. Pour les appareils distillatoires, Hampden possède 4 alambics provenant de 3 continents : deux Forsyths fabriqués en Écosse, un Vendôme en provenance du Kentucky et un dernier alambic d’Afrique du Sud.

Cet embouteillage de Velier, comme son nom l’indique, a été distillé en 2011 à l’aide d’un alambic Pot Still à double retort – Forsyths en cuivre. Il a vieilli pendant 7 ans sur place. Il est finalement embouteillé en 2018 en version brut de fût à 60,5% d’alcool par volume dans une bouteille haute et mince classique des embouteillages Velier. Ce rhum a eu une part des anges de 40% à travers les années, ce qui est énorme.

Il est de couleur ambré brillant.

Au nez, il est sur les fruits exotiques. Beaucoup d’arômes, ça déborde! Wow, c’est top! 🙂 J’ai des arômes de beurre salé, de cuir, de mélasse et de bois. Vraiment complet !!

Humm, il est délicieux en bouche! Moelleux, doux, gras. Un rhum Jamaïcain accessible quasiment pâtissier, si je peux le dire ainsi pour un Hampden qui sont habituellement reconnus pour leur côté sauvage, lourd et qui déchire tout. Une belle puissance malgré tout. Les 60,5% sont bel et bien là mais pas dérangeant vraiment loin de là, ils nous apportent toutes les saveurs auxquelles nous avons droit; mélasse, raisins secs, amandes et un boisé un peu fondu/humide. Un must from Hampden 😉

La finale est longue et sèche sur les fruits exotiques et les notes de la bouche ! Merde, c’est quelque chose !!! Je savais que j’avais affaire à un Hampden mais plus je le déguste et plus je le trouve raffiné et léger et c’est ce qui le rend si accessible et nous  »trimbale » joliment dans ces saveurs si savoureuses. Il se vendait autour de 89 Euros, donc une valeur à l’origine de 130$ Canadiens ce qui en fait un rapport qualité/prix indéniable à mon sens mais encore faut-il aimer ce genre de rhum. Évidemment, il n’est plus disponible de nos jours à moins de le trouver chez des amis collectionneurs.

Santé !!

Voici la classification de la Jamaïque pour ces rhums selon la concentration en esters sous 4  »rum marks » . Cependant, chaque distillerie utilise des indications différentes.
-Commun Clean – 80 à 150 gr/hl
-Plummer – 150 à 200 gr/hl
-Wedderburn – 200 à 300 gr/hl
-Continental – 700 à 1600 gr/hl

Voici ceux d’Hampden.
LFCH : contient entre 85 et 120 esters (g/hl), plus léger mais toujours issu des alambics à repasse
LROK : entre 200 et 400
HLCF : entre 500 et 700
< > H (Diamond H) : entre 900 et 1 000
HGML : entre 1 000 et 1 100
C < > H : entre 1 300 et 1 400
< > DOK : le plus aromatique, compris entre 1 500 et 1 600, soit le maximum autorisé par la Jamaïque. La distillerie serait capable d’aller jusqu’à 3000 esters.

 

You may also like

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.