Collection Excellence Rhum 2018

par Pierre-Olivier Coté

Gamme Excellence Rhum 2018

 

J’ai eu la chance de découvrir cette gamme lors de mon périple au Rhumfest de Paris en avril dernier. Elle figurait dans ma liste de rhums à découvrir et je dois dire que je n’ai pas été décu! Pour ceux qui ne connaissent pas le nom, Excellence Rhum est dans un premier temps, un très important site de vente en ligne (on parle ici de plus de 2300 références rhums!!! À titre comparatif la SAQ en dénombre 189 en date d’aujourd’hui.) Il a été créé en 2013 par Alexandre Beudet. C’est aussi, depuis le mois de juillet, une boutique à Paris dans le 6ième arrondissement. En 2017, Alexandre réalise un rêve en lançant sa propre marque d’embouteillage avec «l’ambition d’honorer l’authenticité du rhum et le savoir-faire des distilleries» et de respecter le rhum à son état brut. Le concept est simple; à chaque année il présente 4 nouveaux rhums qu’il sélectionne lui-même. Ces rhums sont embouteillés et étiquettés à la main, sans filtration à froid et sans aucun ajout en plus d’être embouteillé sans dilution, donc tous des bruts de fût pour le grand plaisir des amateurs! On y retrouve aussi beaucoup d’information sur les étiquettes avec entre autre le type d’appareil distillatoire, le pourcentage de part des anges, le ratio de vieillissement continental et sous les tropiques ainsi que les notes de dégustation. Le packaging est vraiment très bien réussi.

 

Fidji 2004 13 ans

Le premier rhum nous provient des îles Fidji. Il est fait à base de mélasse et a été distillé en Pot Still par la South Pacific Distillery en décembre 2004. Cette distillerie se situe sur la côte ouest des Fidji et produit depuis 1980. Ce rhum a vieilli un peu plus d’un an aux Fidji et plus de 11 ans en Europe. Au final après ces 13 années, il y a eu une perte de 31% dû à la part des anges. Il a été embouteillé en avril 2018 sans réduction à 65.5%alc/vol pour un total de 215 bouteilles. Il a gagné la médaille de bronze au Rhumfest de Paris 2018 dans la catégorie rhum de mélasse 7 ans ou plus.

Au nez : J’y perçois pour débuter des notes fruitées avec l’ananas et la papaye très subtilement en trame de fond. Par la suite, de douces notes de noix de coco se présentent avec une douce vanille boisée accompagnée de camphre. Après un bon moment, on y retrouve des notes plus gourmandes de sucre brun mais toujours avec une certaine fougue presque végétale et un léger zeste de citron. Un nez plus léger que ce à quoi je m’attendais mais très bien balancé avec le haut taux d’alcool qui est très bien intégré.

En Bouche : L’arrivée en bouche est surprenamment douce et même mielleuse pour rapidement exploser sur les épices. Après cette explosion, j’y retrouve une forte présence de noisettes avec les mêmes fruits tropicaux qu’au nez mais beaucoup plus mûrs. Les épices sont très présentes sur la finale qui est assez longue sur les noisettes avec de douces notes de chocolat à la menthe.

Opinion finale : J’ai beaucoup plus apprécié celui-ci en le dégustant seul que lors de ma visite au Rhumfest de Paris. Il m’a paru plus complexe (alors que je l’avais trouvé trop léger et pas assez complexe) et j’en ai apprécié beaucoup plus sa longue finale et sa puissance contrôlée. Nous sommes ici avec un rhum presque léger mais qui ne semble pas du tout vouloir rester léger! Haha Un très beau produit unique et très différent de ce que l’on peut rencontrer habituellement.

 

Barbades (Foursquare) 2007 10 ans

Nous sommes ici en présence d’un rhum de mélasse distillé chez Foursquare en juin 2007. Il s’agit d’un assemblage de rhums provenant d’un alambique Pot Still et d’une colonne qui ont été assemblés avant la mise en fût. Au niveau du vieillissement, il a séjourné en fût de bourbon environ un an à la Barbade pour compléter son vieillissement en Europe pendant les 9 années suivantes. Au fil des ans, il a perdu 21% par la part des anges et a été embouteillé en avril 2018 à son degré naturel qui était 64,4% alc/vol. Cette édition est limitée à 240 bouteilles. Celui-ci a aussi gagné la médaille d’argent du Rhumfest Paris 2018 dans la catégorie «Rhum de mélasse» 7 ans et plus.

Au nez : Il n’y a aucun doute nous sommes sur un rhum de la Barbade. Dès l’entrée de jeu, nous sommes accueilli par la noix de coco ainsi que de petits fruits rouges. Par la suite nous avons un doux caramel ainsi que des notes mielleuses qui amènent graduellement vers un côté plus boisé et voir même floral. Un nez fin, délicat et très équilibré même avec ses 64,4%

En Bouche : Il est beaucoup moins délicat qu’au nez avec une belle et franche attaque dès qu’il atteint la langue avec des notes plus épicées voir même pimentées. Par la suite, le tout s’adoucit pour laisser paraître un côté plus pâtissier avec entre-autre du cacao, de la mélasse et les mêmes petits fruits rouges que nous avions au nez. La finale est longue sur les épices et le bois avec une petite pointe d’anis. Une bouche à la fois puissante, épicée et gourmande.

Opinion finale : Ce Barbade m’a agréablement surpris! Même à fort degré je le trouve très bien balancé au nez, et en bouche il dévoile tout son caractère. On reconnaît ici les marqueurs habituels de chez Foursquare mais avec une légère ‘’twist’’ bien spéciale et plaisante. Un très bon rhum encore une fois qui prouve qu’il ne faut pas nécessairement ‘’snober’’ les rhums au vieillissement majoritairement dit ‘’continental’’ (note à moi-même! Hahaha)

 

Jamaïque (WPL) 2007 10 ans

Nous avons un rhum ici qui, suite à une fermentation d’environ 30 heures, a été distillé en Pot Still en décembre 2007. Il a été vieilli près d’un an en Jamaïque et près de 9 ans en Europe. Au total, ce rhum a perdu environ 35% par la part des anges et a été embouteillé 57%alc/vol. Cette édition est limitée à 199 bouteilles seulement. Pour les «Rum geeks» il s’agit ici d’un rhum Jamaïcain avec le ‘’Rum Marque’’ WPL ce qui est considéré chez Worthy Park comme étant un «Worthy Park Light» avec une concentration en esters entre 60 et 119 gr/HL AA. Ce qui n’en fait quand même pas une bombe en esters comme certain rhums jamaïcains peuvent l’être. Il a aussi gagné la médaille de bronze au Rhumfest de Paris 2018 dans la catégorie rhum de mélasse 7 ans ou plus. Voyons donc ce que ça donne!

Au nez : On y retrouve la banane avec l’ananas et les fruits de la passion. Nous avons aussi de légères notes florales mais les fruits tropicaux restent très présents. Après un certain temps, des notes boisées finissent par percer ce dense panier de fruits qui continu d’évoluer vers l’écorce d’orange. Le tout est très gourmand et plaisant.

En Bouche : L’ensemble est très bien balancé. On y retrouve le côté floral que nous avions au nez mais de manière beaucoup plus présente en bouche. Les fruits tropicaux y sont encore présents mais me semblent plus mûrs. De belles épices accompagnées d’un léger boisé vanillé se présentent par la suite pour laisser place à une finale intensément sur les fruits tropicaux avec une pointe de menthe et de poivre doux. Une très belle bouche magnifiquement bien équilibrée.

Opinion finale : Nous sommes loin de l’exubérance aromatique que plusieurs rhums de la Jamaïque présentent. Mais ce rhum n’a quand même rien à leur envier, la balance est parfaite tant au nez qu’en bouche, les 57% sont impressionnament bien intégrés. Nous sommes en présence ici d’un rhum très fruité; du nez jusqu’à la finale nous y retrouvons une panoplie de fruits tropicaux. Ce Worthy Park m’a beaucoup plu et ce, beaucoup plus que lors de ma visite au Rhumfest, vraiment très bien! 😉

 

Guyana (Port Mourant) 2008 10 ans

Le dernier rhum de cette collection nous provient du Guyana de chez Demerara Distillers Limited. Il s’agit d’un rhum de mélasse distillé dans le légendaire Pot Still double en bois Port Mourant vieux de plus de 250 ans! Ce rhum n’a passé que quelques mois en fût au Guyana pour ensuite continuer la majeure partie de son vieillissement en Europe pour une période d’environ 9 ans et demi. La part des anges aura été de 20% au total et lors de la mise en fût, il titrait à 62,2% alc/vol. Il est limité à 249 bouteilles.

Au nez : Très beau nez riche et complexe. Nous avons des notes de cantaloup, de poire et de raisin accompagnées d’un doux caramel salé. Par la suite, il est quelque peu boisé avec aussi une légère touche de solvant, de cuir mouillé, de poivre et de beurre salé mais toujours en côtoyant cet aspect gourmand que nous avons depuis le début. Il n’est pas non plus sans dévoiler un certain aspect de fraîcheur voir même végétal par moment. Tout est vraiment bien balancé au nez et ces 62,2% ne se font même pas sentir tellement le bouquet est bien balancé.

En Bouche : L’attaque est très franche. Ici contrairement au nez, les 62,2% sont très présent mais vraiment pas dans l’excès, ça reste tout de même bien équilibré. Par la suite, j’y découvre un côté légèrement fumé, poivré et gourmand. La cantaloup y est encore bien présent et les notes salines que nous avions au nez aussi mais avec une très légère pointe de vanille. La finale est vraiment très longue sur la fleur de sel et le poivre avec de beaux fruits tropicaux ainsi qu’un peu de costarde.

Opinion finale : Encore un autre excellent rhum où le fort degré en alcool est vraiment bien intégré. J’ai vraiment aimé la balance, tant au nez qu’en bouche, entre l’aspect gourmand et salin. La finale est sérieusement très longue et plaisante. Pour avoir maintenant goûté plusieurs Port Mourant, je dois dire que j’ai été agréablement surpris par celui-ci. J’étais sceptique au départ par son jeune âge et le fait qu’il ait été vieilli presque entièrement en Europe mais ce scepticisme s’est rapidement dissipé. Nous avons ici un très beau Port Mourant qui est magnifiquement bien balancé.

 

Opinion finale sur la gamme complète 2018

Excellence Rhum présente une excellente gamme c’est le cas de le dire! (et oui je ne pouvais m’empêcher le jeu de mot!) La sélection qu’Alexandre à fait est vraiment bien réussie. Je n’ai pas eu la chance de goûter la première série 2017 mais cette série 2018 est sérieusement vraiment bien et surtout très variée. Je dois dire qu’avec ces 4 références, il y en a pour tout les goûts, difficile de ne pas y trouver son compte. De plus, les prix sont relativement assez abordables; on parle ici d’environ 120 euros pour des bruts de fûts sans aucun ajout. J’ai adoré les étiquettes sur les bouteilles pour leur grande quantité d’informations. Rares sont les embouteilleurs qui inscrivent clairement la portion de vieillissement tropical vs continental. Pour ce qui est des rhums, lors du Rhumfest Paris en avril dernier, j’avais particulièrement été charmé par le Foursquare et le Port Mourant. Mais lors de cette seconde dégustation, sagement à la maison, j’ai vraiment mieux apprécié le Fidji qui dans un contexte de Rhumfest m’avait laissé indifférent. Et ma grande surprise, cette fois-ci, a été le Jamaïque WPL que j’ai nettement plus apprécié que lors de mon premier contact. Je dirais qu’au final mes préférence vont au Foursquare et au WPL mais suivi de près par le Port Mourant qui est vraiment très bien aussi. Donc, de beaux rhums intéressants pour une gamme variée qui met la barre haute pour l’édition 2019! Cheers!!!

You may also like

1 commentaire

Eric Laframboise 6 novembre 2018 - 12 h 56 min

Excellent article ! Merci PO.

Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.